Corsica tour

Post_large_page_1_a_-_copie

modif_3


Du 06 mai au18 mai2013

La CORSE : …comme un repas de fête !

Un grand merci à Gérard qui nous a organisé ce superbe voyage à la découverte de l’île de beauté.

Le voyage aura duré 12 jours sous un soleil radieux et nous aurons parcouru 2800km avec nos braves autos.

06.05 :Lundi :départ 14 heures de St-Avold pour Morschviller (près de Mulhouse).

C’est ce que j’appellerai«l’apéro ».

Avec« l’entrée » les choses sérieuses commencent : 07.05 :Mardi : direction Savone =560 km. en passant par Bâle, Lucerne, Erstfel et le tunnel du Gothard, puis Lugano, Milan, Savone, Albissola.

La traversée du Gothard : un souvenir

corsica 2013_1

Mais après le Tunnel du Gothard, 1ère panne : la dynamo de la Traction de JCG lâche …. lâchement ! Mais il continuera sans problème sur la batterie de la voiture. Le temps est parfait : pas trop chaud, pas de pluie, alors qu’à St-Avold, il n’arrêtera pas de pleuvoir toute la durée de notre séjour en Corse. Soit dit en passant : c’est bien fait pour ceux qui n’étaient pas du

« repas de fête » ! La traversée de la Suisse nous permettra de croiser une quinzaine de Lamborghini qui se rendent à Milan pour les 50 ans de la

marque : un tel spectacle, on ne le reverra jamais plus !

On se fait doubler par un troupeau de Lamborghini

corsica 2013_2

Et puis nous arrivons tranquillement à Savone : les 5 voitures se suivent

corsica 2013_8

sans problème et montent dans le ferry ; Nuit et repas à bord.

Savone : on va monter à bord du ferry

corsica 2013_3

On attaque« le poisson »

08.05 :Mercredi :débarquement à Bastia, visite de la ville et départ pour une ballade de 110 km en direction du cap Corse ;Nuit à Saint Florent.

Bastia – Gaston passe à l’attaque avec sa caméra

corsica 2013_4

09.05 :Jeudi : Départ pour le désert des Agriates, l’ile Rousse. Là, JCG rencontrera un « tractionniste » qui cherchera par tous les moyens à le dépanner avec une dynamo de Traction. Finalement, ce brave homme ira jusqu’à démonter la dynamo de sa propre Traction pour la monter sur la voiture de JCG … Verrait-on ça sur le continent ?? C’est aussi ce jour-là que notre ami Gaston tombera en panne avec sa belle Mercedes : panne d’alternateur. Pour ne pas être en reste, Gérard quant à lui, se fera remarquer en faisant une malencontreuse marche AR (sans regarder) pour tomber dans une sorte de trou : les roues AR de sa Traction ne touchent plus le sol. Là, on est solidaire et on ne rigole pas du malheur des copains ! Après 1h d’ efforts sous un gros soleil, la voiture sera tirée de son mauvais pas sans encombre. Plus tard on rira de cette mésaventure autour d’une bonne « piétra »(bière locale) bien fraîche. La température est de 27°, alors qu’à St-Avold, …. il pleut toujours !!

La « 11 » de Gérard en mauvaise posture

corsica 2013_9

Après cette journée riche en rebondissements, 1ère nuit réparatrice à Calvi.

Calvi

corsica 2013_0

On passe au« plat de résistance » :

10.05 :Vendredi :2ème nuit à Calvi - visites des magnifiques calanques de Piana. Nous avons rendez vous avec la famille Dessinger à Partinello pour une

ballade en bâteau. Puis promenade direction Porto et retour à Calvi.

11.05 : Samedi :Départ pour Corte ;Nuit à Aleria.

On sert le « fromage » :

12.05 : Dimanche :direction Solenzara et Porto Vecchio

Petite route tortueuse vers le col de Bavella à 1200 m

corsica 2013_6

Belle balade en montagne par le col de Bavella ;Et là, à plus de 1200m d’altitude, au bout d’une toute petite route de montagne très sinueuse et raide, on rencontre une quinzaine de cabriolets de collection, tous les uns plus beaux que les autres, conduits par des Français de la région de Grenoble, avec à leur tête un brave garçon connu des tractionnistes et par des membres de notre Club : Georges DINI ! Sans rapport avec ce que dit précédemment, c’est sur cette petite route forestière que nous verrons le seul âne et 4 cochons Corses en libertés. Où sont donc passés tous ces fameux cochons qui sont élevés avec des glands, en pleine nature ? Une légende assurément !

La beauté des falaises de Bonifacio

corsica 2013_7

13.05 :Lundi :journée à Bonifacio et Propriano ; Balade agitée en mer et nous à bord de cette trop petite embarcation … J’en ai vu qui n’en menaient pas large ! Vue sur les falaises de Bonifacio : elles sont magnifiques, situées à l'extrême Sud de la Corse, baignées par l'eau turquoise qui les entoure tel un écrin. Bonifacio est la commune la plus méridionale de France ... Puis, direction Ajaccio par le bord de mer ;

N’importe où : le plaisir avec les copains

corsica 2013_5

On arrive au« Dessert » :

14.05 :Mardi :Nous dormirons 2 jours dans un magnifique hôtel à Ajaccio, à deux pas de la propriété de Tino Rossi, face aux îles Sanguinaires.

15.05 :Mercredi :. Visite de Cargese et Piana

16.05 :Jeudi :Visite de Porto;20h : départ du ferry depuis Ajaccio et nuit à bord

Pour finir, « Le digestif » :

17.05 :Vendredi :arrivée à Toulon à 7 heures et dislocation du groupe : JCG et Gaston P. prendront la direction de l’Ardèche où la famille Charon les attend à BALAZUC. Gérard ira voir son fils à Toulon, Quant à nos amis Gaston C. et Luigi, ils iront de leur coté, dans leurs familles et connaissances.

Tout a une fin : on se quitte à Toulon

modif_2

modif_0

Il me faudrait bien plus de place pour vous raconter tout ce que nous avons vu, mais je retiendrai surtout pour faire court :

- nous avons partout rencontré des gens sympas, avenants, loin des clichés de« bandits », même si tous les jours une« vendetta » a lieu quelque part et que souvent, les villas construites illégalement « sautent » !

- partout, des paysages de montagne et de bords de mer extraordinaires, inoubliables : des cartes postales; « L’île de beauté » mérite bien son nom.

- toujours une propreté irréprochable sur les routes et les chemins.

- la vie y est au moins 20% plus chère qu’en métropole.

- Pour ce qui est de la gastronomie, elle est liée aux principaux produits du terroir : de la culture des oliviers, de la vigne, de la châtaigne et des agrumes, à la charcuterie de porc (la coppa, le jambon sec), du lait et du fromage de brebis (le brocciu), sans oublier celui de chèvre ni le miel.Les produits de la pêche sont devenus plus importants depuis quelques années et souvent, nous avons pu manger d’excellents poissons pêchés et non élevés. Mais qu’on ne s’y trompe pas : aujourd’hui, en Corse comme ailleurs, les plats industriels ont écrasé les produits artisanaux et malheureusement, le touriste en fait souvent les frais.

Enfin, pour les copains du Club : l’apéro roi est fait à base de quinquina ; La bière, très bonne car parfumée à la châtaigne, est la « piétra ». Les vins, eux, ne sont jamais « de grands vins » inoubliables, juste« de bons vins ».

Finalement, tout le monde est bien rentré : Gaston avait récupéré sa Mercedes quelques jours avant le retour et JCG a depuis longtemps réparé sa dynamo.

Voilà résumé notre ballade de 12 jours et 2700 km, parcourus toujours sous un magnifique soleil.

Ce périple ressemble à un festin que nous avons pu déguster et apprécier : un repas pantagruélique mais sans indigestion, ne nous laissant qu’une envie, celle de nous remettre à table.

Bien entendu, la pluie, on l’a retrouvée en arrivant à St-Avold … Normal !!

Un grand bravo pour Gérard, « le cuisto »

modif_1

qui a su organiser ce repas, cette super sortie. Et ceux qui ont déjà eu à organiser un tel banquet savent quel boulot de préparation cela représente.

Nous les convives l’en remercions.

JeanClaude.

Pour finir, juste une note amicale :

Napoléon est aimé en Corse. Il est né à Ajaccio.

Gérard Humbert est aimé au Club. Il est né à Sète.

Pourquoi ce comparatif ?

Pour rien, sinon que l’un était Empereur qui a aimé la Corse l’autre, Président qui nous a fait aimer la Corse …. C’est tout !