traction 1949 et autres découvrables

Post_large_dsc_0042_ar


HISTORIQUEMENT

A l’inverse de Peugeot ou Renault, les usines « André Citroën Paris » n’ont jamais produit de Traction découvrable. Par contre, c’était un type de carrosserie très répandu en Allemagne chez pratiquement tous les constructeurs : Taunus, Ford, Opel, Mercedes ….

Toutes les Traction découvrables qui existent ont donc été conçues par des carrossiers indépendants à partir de berlines 4 portes, découpées, renforcées pour compenser la perte de rigidité normalement apportée par le toit.

Les noms les plus connus de ces carrossiers ayant ainsi transformés des Traction sont :

E.D.M. à Nice, (Etablissements Denis Michel)

Mersch à Reims,

A.E.A.T en région Parisienne, (Anciens Etablissements Ansart et Teisseire)

Phlups en Belgique,

Baumann en Suisse,

Veth-Coenen Pays Bas.

EXEMPLES DE DECOUVRABLES FRANCAISES

CITROEN Traction découvrable par EDM (Etablissement Denis Michel de Nice )

traction découvrable française _8

Les Traction CITROEN découvrables par A.E.A.T. et E.D.M. sont les plus connues. Leurs procédés de transformation sont sensiblement identiques, à quelques détails près.

traction découvrable française _9

A.E.A.T. (Ancien Etablissement Ansart et Teisseire) = 42 exemplaires de 1935 à 1957

traction découvrable française _5

traction découvrable française _4

PEUGEOT 203 découvrable 1955

traction découvrable française _2

traction découvrable française _3

CITROEN DS découvrable par Chapron (pour le directeur du Tour de France vélo 1970)


traction découvrable française _6

traction découvrable française _7

RENAULT Vivastella 6 Luxe Berline découvrable 1928

traction découvrable française _12

traction découvrable française _13

HOTCHKISS Montécarlo S découvrable 1940

traction découvrable française _10

traction découvrable française _11

RENAULT 4CV découvrable 1956

traction découvrable française _0

traction découvrable française _1

Les Traction CITROEN découvrables

traction en tête_1

Cette Traction ci est réalisée selon les plans A.E.A.T.

A.E.A.T. est une entreprise française qui est spécialisée, à l'origine, dans la transformation de vitres latérales mobiles pouvant se transformer en pare-brise arrière. Mais à partir de 1935, chez Ansart et Teisseire on s’était fait une spécialité de la transformation en découvrable des Traction Avant avec un système breveté "La Décapotable".

A.E.A.T. en fit sa principale activité.

Le but poursuivi par A.E.A.T. ou E.D.M. était de rendre possible le montage d’une capote articulée grâce à des arceaux sur une voiture livrée en carrosserie berline lors de sa sortie de chaîne. La transformation de berline capotée en carrosserie découvrable était rapide et aisée. Cette invention fit l’objet d’un brevet d’exécution intitulé : « Perfectionnement aux carrosseries d’automobiles » délivré par le Ministère Français du Commerce et de l’Industrie le 25 octobre 1937.

traction en tête_3

Si l’usine CITROEN du quai de Javel n’a jamais produit de découvrable, la « SOCIETE BELGE DES VEHICULES CITROEN » de FOREST près de Bruxelles a monté et commercialisé des découvrables selon le brevet A.E.A.T. à partir des années 1937, puis E.D.M. à partir de 1945 (les dates connues ne sont pas précises)

D’après les références du constructeur belge, la première Traction découvrable répertoriée est une 11L N° série 135001 de 1937.

(http://www.cats-citroen.net/citroen_tractionavant/ta_history_belgian.html)

Le principe de la transformation consiste à découper le toit du pavillon et les panneaux de custode de manière à créer une ouverture du pavillon qui sera :

    - bordée à l’AV par la traverse supérieure du pare-brise, laquelle sera

    - renforcée sur les cotés par des tubes en acier, verticaux, disposés à l’intérieur des montants centraux des portes (pieds de milieux) reliés entre-eux par une traverse à même le plancher . Pour finir, des jambes de force arc-boutent les montants entre les portes.

    - renforcée sous la plage AR par un profilé en forme de « X » et par une traverse, situés derrière le dossier de la banquette des passagers AR, reliant les passages de roues

    - renforcée encore par une plaque de tôle soudée entre le dossier de la banquette AR et le coffre à bagages

Pour rendre indéformable cette caisse découpée, une ceinture de renforcement est adaptée à la partie supérieure de la carrosserie après le découpage, laquelle court tout le long du bord de l’ouverture pratiquée

Pour monter tout ce système, la voiture est complètement dégarnie. L’ossature de la carrosserie est mise à nu. Les renforts décrits ci-dessus sont ajustés et soudés. Tous ces renforts enfin appliqués, le découpage de la caisse est alors réalisé.

Finalement, la capote est confectionnée, adaptée et la sellerie remontée. Une peinture complète termine la transformation.

CETTE TRACTION

Cette voiture est une « Traction 11N » (normale) type « Paris » montée en BELGIQUE par la « SOCIETE BELGE des USINE CITROEN » alors que les modèles français correspondants sont des « Traction 11B »

Elle a été construite en 1949 et possède encore des sièges à tubes chromés et un volant 3 branches.

Particularité des Traction Belges : il y a 2 types de finition :

    -l’une dénommée « Paris » qui porte sur une finition identique aux modèles de Traction produits en France mais avec 2 feux de position AR et 2 STOP de marque Willcocq-Bottin, des clignoteurs fixés sur les pieds de milieux (entre les portes) dès 1940


    traction découvrable au conservatoire_5

    (en France, les clignoteurs n’arriveront qu’en 1952 !)


    clignotant traction

    -l’autre dénommé Bruxelles, d’une finition plus recherchée que sur les modèles Français, avec dès 1940, des feux clignoteurs en verre disposés sur les ailes AV et AR

    traction découvrable au conservatoire_1

    des jantes Lambert-Nivelle (avec trous sur la périphérie, des phares plus puissants « Willcoqc-Bottin », d’autres coloris de sellerie et un plus grand choix de peintures de carrosserie.

Une précision cependant : si les voitures sont montées en Belgique, les caisses viennent bien de France, tout comme les moteurs, la BV et toute la mécanique. Finalement, seule la finition et les équipements sont Belge.

Concernant les caractéristiques de la voiture, elles sont identiques :

Moteur

Type du moteur

4 cylindres en ligne

Energie

Essence

Disposition

Longitudinal avant

Alimentation

Carburateur

Distribution

Arbre à cames latéral

Nombre de soupapes

2 par cylindre

Alésage & Course

78.0 x 100.0 mm

Cylindrée

1911 cc

Compression

6.2

Puissance

Puissance fiscale

56 chevaux à 3800 tr/min

11 cv

Transmission

Boite de vitesse

3 rapports

Type

Traction AV à cardans

Châssis

Direction

Crémaillère

Suspensions Av

Barres de torsion

Suspensions Ar

Barres de torsion

Freins avant

Tambours

Freins arrière

Tambours

Pneus avant

165 x 400

Pneus arrière

165 x 400

Dimensions

Longueur

465 cm

Largeur

179 cm

Hauteur

154 cm

Performances

Poids/Puissance

19.6 kg/cv

Vitesse max

115 km/h

Poids

1100 kg

·Le montage électrique est en 6 volts.